tous les documents
  • tous les documents
Recherche avancée
Ensemble de recherche :
tous les documents
  • tous les documents
Recherche par géolocalisation
Entrez un lieu, une adresse, une ville, un pays... :
Distance :  près
Ensemble de recherche :
tous les documents
  • tous les documents
Recherche par lot
Chercher sur :
Entrez ici la liste de termes ou de références à chercher :
Vous pouvez entrer une valeur par ligne. Vous pouvez aussi copier-coller une liste de valeurs séparées par retour charriot ou tabulation ou par le séparateur défini ci-dessous
Séparateur :
Ensemble de recherche :
tous les documents
  • tous les documents
Recherche par couleur
Ensemble de recherche :
tous les documents
  • tous les documents
Référence :
2016D00025
Titre :
Le drone Boréal livré au CNRM le 4 février 2016 afin d’étudier les échanges entre la mer et l’atmosphère (projet MIRIAD)
Sujet Série :
Mots Clés Image :
Date de prise de vue :
04/02/2016
Date d'inventaire  :
09/09/2016
Légende :
Photo prise dans le cadre du projet MIRIAD, lancé en septembre 2015 par le CNRM. L’objectif est d’effectuer des mesures de flux sur de longues distance à la surface de la mer (6 mètres), à l’aide de drones de taille moyenne (environ 20 kg, 10h/1000 km d’autonomie, 5 kg de charge utile).
Le 4 février 2016, le CNRM reçoit officiellement le premier drone Boréal livré par la société AJS qui a en charge la conception et le pilotage de ces drones de grande envergure. Ils seront ensuite équipés par l’équipe GMEI/MNPCA (Microphysique des Nuages et Physico-Chimie de l’Atmosphère) et Greg Roberts (expert en drones et en miniaturisation des capteurs), de capteurs dynamiques et de compteurs d’aérosols pour étudier les échanges entre la mer et l’atmosphère, et améliorer les modèles climatiques. Pour cela, la charge utile scientifique d'un maximum de 5 kg comprendra :
• une sonde turbulente 5 trous pour les mesures de flux turbulents et les vecteurs du vent sur les 3 axes,
• des capteurs rapides d’humidité et température liés à la sonde de turbulence,
• un capteur infrarouge pour mesurer la température de surface marine,
• des capteurs d’aérosols (concentration et granulométrie),
• un capteur vidéo pour une estimation qualitative de l’état de mer.
Le CNRM et le laboratoire d’Aérologie ont également en charge l’exploitation scientifique des données.
Mention obligatoire :
Mention obligatoire : © Ciais Christophe - Météo-France
Utilisation réservée à : Interne Météo-France hors partenariat
2016D00025.jpg

Format : .jpg
1,8 Mo
4288 x 2848 pixels
Original
Sélection
Voir Selection
Déposer ici pour retirer de la sélection